Mobili-té-tät-tà-ty

 

Présentation des 3 premières séquences du film TCS, projet en développement 

 

 

Commissaires : Pierre Eichenberger et Martial Mingam

 

avec Les artistes: Agnes Meyer-Brandis, Alain Monney, André Smits, Anne Sylvie Henchoz, Asi Föcker, Baptiste Debombourg, Carlo Schmidt, Claire Liengme, Cod.Act, Eric Madeleine, Fabian Marti, François Gendre, François Gremaud, GMB Akash, Gustav Oggier, Hend Moaaz, hepta.aero, Hubert Schwarz, Ivan Eftimovski, Jérôme Berbier, Jérôme Touron, Joëlle Allet, Julien Babel, Katherine Oggier Chanda, Leo Thiakos, Maëlle Cornut, Manfred Hamm, Martial Mingam, Martin Schick, Michael Egger, Michel Gremaud, Nicole Morel, Pascal Seiler, Ramon Schnyder, Richard Jean, Sherouk Helal, Stefan Rohner, Sybz et Meyk, Thanassis Fouradoulas, Ulrich Bloch, Vanessa Safavi, Vincent Borcard, Vincent Perrenoud, Viviane Pavillon, Wim Delvoye.

 

Résistez à la faiblesse apeurée de stopper le mouvement, de pétrifier les instants et de tuer le vivant. Arrêtez-vous de toujours réaffirmer des 'valeurs’ qui s’écroulent quand même. Soyez libre, vivez et arrêtez-vous de 'peindre’ le temps. – Jean Tinguely, 1959

 

Cette exposition, créée par APCd Fondation, s’inscrit dans le cadre de la commémoration du 25ème anniversaire de la disparition de Jean Tinguely. Parallèlement aux manifestations TINGUELY2016 organisées par le canton et la ville de Fribourg, APCd adresse un clin d’œil direct à l’artiste en se livrant à une réflexion protéiforme sur le mouvement et la mobilité.

 

Articulée autour d’une succession de thèmes dérivés, la programmation éclectique explore des visions contemporaines du déplacement, de la relation au monde, à la distance et au temps.

 

L’évolution de l’humanité a été déterminée par la transformation progressive de la perception de l’espace: le nomadisme dicté par les saisons, la sédentarisation par la maîtrise de l’agriculture, les grandes conquêtes par la nécessité de développer les ressources, jusqu’à l’industrialisation et à l’ère de la virtualité. La mécanisation des transports, l’abolition des distances, des fuseaux horaires et des frontières ont créé un monde d’accessibilité immédiate à l’information aux quatre coins du globe. Cette exposition veut refléter l’environnement contemporain en laissant les points de vue, les idées et les approches se télescoper.

 

Les « machines à Tinguely » reflétaient, en leur temps, l’aboutissement esthétique d’une approche héritée de la révolution industrielle, tout en la parodiant. Ce cycle n’est aujourd’hui plus de première actualité, et cède sa place à un nouveau paradigme qui définit les bases d’un monde en gestation depuis une quarantaine d’années. C’est ainsi qu’APCd a choisi de montrer les nouvelles portes qui s’ouvrent dans un contemporain revisité. Dans la foulée de la vigueur artistique de Tinguely, avec Mobili-té-tät-tà-ty, APCd Fondation reste fidèle à sa devise qui consiste à explorer les chemins qui mènent à l’art.

 

L’exposition trace 5 pistes de réflexion autour de 5 sections :

Espace d’artistes, Mobilité virtuelle, Mobilité des peuples, Mobilité culturelle et Méta-Mécanicité. Avec en outre des artistes en résidence et hors les murs et des invités, ainsi qu’une participation à TINGUELY2016. L’exposition est partiellement un « work in progress » et la date de certains événements sera précisée ultérieurement sur le site internet de la fondation ainsi que sur sa page Facebook. Les créations réalisées par certains artistes sont en vente dans le shop M1, la roulotte KiosK* qui tient lieu de boutique à la fondation.

 

http://www.apcd-fondation.com